Aller à la navigationAller au contenu

Le jingle des Chacals

Les Chacals, avant d'être un show vidéo, c'était une émission de radio (de webradio pour être exact). Si notre équipe s'est constituée en février 2008, nous avons trouvé notre nom "Les Chacals" qu'en 2012. C'est alors qu'il a fallu concevoir tout un habillage sonore : jingles, musiques de fond, etc. Dans cet article, je reviens sur l'identité sonore des Chacals.

You are what you listen to
Photo d'illustration par Mohammad Metri

Alors, mettons tout de suite les choses au clair. J'ai fait bondir les passionnés de radio dans cette intro quand j'ai écrit le terme « musique de fond ». Je ne voulais pas mettre de jargon dans le chapô de cet article, pour ne pas faire fuir les lecteurs. Mais histoire de remettre le lexique en place, dites-le avec moi : « ça s'appelle un bed ! ».

Leit motiv

Dans cet article, je disais que nous allions parler de l'identité sonore des Chacals, qui a traversé les années depuis l'an de grâce 2012. L'identité sonore, c'est ce qui fait que quand vous entendez notre musique, même s'il n'y a pas de parole, vous savez que c'est nous. Notamment parce qu'il y a un petit gimmick dans cette identité sonore. Quelques notes : Do-Ré-Ré (encore plus facile à jouer au piano que « Au Clair de la Lune »). Ce sont sur ces notes que l'on chante les 3 syllabes « Les Cha-cals ».

Partition "Do Ré Ré"

À titre de comparaison, l'identité sonore de NRJ sont les trois notes Ré-Do-La (« N R J »). Pour être tout à fait factuel, il faudrait même parler de "degrés" plutôt que de notes, ce qui permet de s'abstraire de leurs noms afin de ne pas être bloqué avec un simple Ré-Do-La. D'autres combinaisons seront possibles comme Sol-Fa-Ré ou Si-La-Fa♯ et produiront la même mélodie à des hauteurs différentes, plus ou moins aiguës (ouais je me la pète avec le mot "aigu" au féminin pluriel en mettant le tréma sur la bonne lettre). Parfois l'identité sonore est plus restreinte. Chez RTL, ce sont les trompettes qui sonnent chaque heure qui représentent l'identité sonore de la radio. Enfin, l'identité sonore, c'est un peu l'équivalent des « Leit Motiv » dans les bandes originales de cinéma ; et comme un bon exemple vaut mieux qu'un long discours, voici un Leit Motiv que vous connaissez tous très bien : l'air de la Marche Impériale dans Star Wars. Cet air-là, on l'entend à toutes les sauces dans la saga, mais sous des formes différentes selon le contexte. Mais dès qu'on l'entend, on sait que l'on a affaire au côté obscur…

Do-Ré-Ré, Les Chacals

Après ce petit cours dans lequel j'ai pu étaler ma science, concentrons-nous maintenant sur l'habillage sonore des Chacals. Chaque année a été marquée par mes propres influences : ce que j'écoutais à la radio, ce que j'écoutais comme musique, etc. Avec un critère essentiel : cet habillage doit transpirer la bonne humeur et l'énergie. Il s'agissait de composer des jingles dans un ensemble cohérent et qui colle à notre image.

Arrêtons-nous 2 secondes sur le jargon, car je sais que je vais en utiliser pas mal :

  • Identité sonore : cf. premier chapitre de cet article
  • Logo sonore : c'est un peu plus précis que l'identité sonore qui englobe le style musical, la mélodie, la cohérence du tout. Le logo sonore, ce sont les quelques notes Do-Ré-Ré dans notre cas. C'est tout. Pour faire une analogie graphique, le logo sonore, c'est le logo des Chacals, et l'identité sonore ce sont les couleurs, le logo, la police d'écriture que l'on utilise, etc.
  • Jingle : Un élément sonore court (30 secondes au trèèèèès grand maximum), un bout de musique ou un montage audio, avec un peux de texte ou de chant, qui annonce la couleur, qui présente ce qui doit être présenté.
  • Bed : Aussi appelé "tapis sonore" ou plus vulgairement "musique de fond", c'est la musique qui tourne en boucle derrière les animateurs, histoire d'apporter une ambiance constante et aussi de camoufler un peu certains bruits de fonds, parfois…
  • Indicatif : on peut appeler ça plus vulgairement le générique de l'émission. Mais en réalité, c'est un ensemble qui comprend plusieurs jingles, un ou plusieurs beds, qui seront utilisés à des moments bien précis dans une émission, tous basés sur la même composition musicale. Dans cet article, je ne reviens que sur l'indicatif des Chacals. Mais l'habillage complet comportait plein d'autres éléments (d'autres jingles, d'autres bed, etc.)

2012-2013

Le premier indicatif que j'ai composé pour Les Chacals remonte à 2012. À l'époque, j'avais acheté ma première carte son, histoire de travailler avec du matos plus qualitatif que mon simple PC. Avec cette carte son était fourni une démo du logiciel ProTools et sa librairie d'instruments de plutôt bonne qualité. Une bonne partie de l'habillage de l'époque a été composée avec ce logiciel et pendant ma semaine de vacances en camping (j'étais dans le rush…) Cela faisait aussi un an que l'animateur Manu Lévy avait rejoint NRJ et il avait un indicatif que je trouvais plutôt sympa : il sonnait les trompettes à chaque heure, c'était frais, dynamique et c'était sympa pour un show radio, présenté par un animateur qui m'inspirait beaucoup et que j'avais découvert sur Fun Radio.

Je me suis donc inspiré de cette ambiance et j'ai composé le premier indicatif des Chacals que voici :

Les paroles sont les suivantes :

Le dimanche après-midi
Les Chacals sur JN' JN' JNT.

Elles sont délicieusement interprétées par Antoine, le chanteur du groupe de musique nantais Tiger Sharks et Éva, ma sœur et actuelle vice-trésorière de l'association Spicevent qui produit notre émission.

Ah oui, "JNT", c'était le nom de la webradio que l'on avait montée depuis quelques années. Ça se prononçait "djeunti".

Logo des Chacals sur JNTLogo de la webradio JNT

Voyez que dans cet indicatif, le logo sonore est bien dissimulé dans la mélodie et on retiendrait presque plus "le dimanche" ou le "JN' JN' JNT", que le reste. À l'époque, j'avais composé ça, sans vraiment me dire que la mélodie de "Les Chacals" allait devenir notre identité sonore. Cet indicatif était une mélodie qui m'était venue en écoutant et réécoutant plusieurs fois l'indicatif de Manu dans le 6-9 et que j'ai composée plus ou moins d'une traite. Je me suis d'ailleurs rendu compte bien plus tard que cet indicatif avait beaucoup de similitude avec Think d'Aretha Franklin (la version des Blues Brothers), quand elle chante "Freedom, freedom, …" Ça tient de l'inspiration directe mais inconsciente !

2013-2014

L'année qui a suivi, nous avons déplacé notre jour de diffusion, du dimanche après-midi au vendredi soir. Si la mélodie est restée la même, il a fallu changer les paroles ! Parce que je vous avoue que chanter "le dimanche après-midi" pour présenter une émission diffusée le "vendredi soir", c'est pas la meilleure idée qu'on puisse avoir.

Les paroles sont les suivantes :

Ils sont là le vendredi
Les Chacals sur JN' JN' JNT.

Notez l'importance que l'on accordait à vouloir faire rimer les paroles. Ça apporte une touche de rythme en plus qui n'est jamais désagréable à l'oreille.

Cette fois-ci le jingle est prodigieusement interprété par François du groupe nantais Graceful. Pour cette saison, nous avions décidé de retirer la répétition des paroles afin d'entrer plus rapidement dans le vif du sujet.

2014-2015

Gros changement pour cette nouvelle saison. C'est la première année où nous avons rejoins Futuradios. Il fallait un habillage plus en accord avec leur antenne, plus moderne (faut dire que les trompettes, ça va 5 minutes hein), plus dance. J'ai pu compter sur l'aide de Valentin de Futuradios qui m'a aidé à faire le mixage audio et qui a ajouté quelques éléments de composition à l'indicatif.

Les paroles sont les suivantes :

Ils sont là, ils ont les crocs
Les Chacals, sur Futuradios (oh oh oh oh oh).

Là encore, le chant est interprété par François, enregistré dans son propre salon pour l'occasion. C'est d'ailleurs lui-même qui a suggéré de doubler le mot "Futuradios" en le gueulant en arrière-plan. Et c'est vrai que ça ajoute un vrai plus !

Logo des Chacals sur FuturadiosLogo de la webradio Futuradios

D'autres anecdotes au sujet de cet indicatif : l'idée de cette refonte mélodique m'est venue pendant le meeting électoral de celui qui allait être le maire de Vertou en 2014. Et je me suis rendu compte encore bien plus tard que la mélodie principale interprétée par un synthétiseur ressemble beaucoup à la chanson Comme un ouragan de Stéphanie de Monaco. Bon c'est un peu moins flagrant que pour Aretha Franklin, mais là encore je plaide l'inspiration inconsciente. Même si, à cette époque, je n'étais pas du tout dans ma phase "années 80"…

Pour finir sur ce jingle, on peut y entendre le logo sonore de Futuradios au tout début, interprété par un autre synthé (pour les zikos, ce sont les notes Do-Ré-Fa-Do-Ré). C'est monnaie courante d'allier les logos sonores au sein d'un même jingle pour symboliser le lien qui unit l'émission à la radio qui la diffuse. Et à titre personnel, je trouve cela plutôt sympathique comme contrainte de composition.

2016-2017

Après une année sabbatique pour Les Chacals, nous voici de retour sur une nouvelle webradio, Utopic. Une webradio "maison", produite par Spicevent et dédiée à la bonne humeur. À cette époque, j'avais changé de radio. Je n'écoutais plus Manu sur NRJ, mais Bruno sur Fun. Et ça se ressent dans la composition de l'indicatif. Plus dance, plus électronique. On sent malgré tout un lien d'inspiration entre le jingle de 2014-2015 et celui-ci (vous allez voir qu'il y a une petite rupture l'année d'après).

Les paroles sont les suivantes :

Ils sont là, ils tombent à pic
Les Chacals sur Utopic.

Les rimes, toujours les rimes. Qui nous ont obligé à opter pour la phrase "Ils tombent à pic". Meilleure rime que l'on a pu trouver avec le nom de la radio. Cette fois-ci, le chant est magnifiquement interprété par Alex du groupe vertavien Easy Frenzy, et ancien animateur des Chacals.

Logo des Chacals sur UtopicLogo de la webradio Utopic

Cette année-là, ~je chantais pour la première fois~, le gimmick sonore de toute l'habillage de l'émission était… la basse. Une basse jouée en "slap", c'est-à-dire, en tirant la corde avec un doigt et en la relâchant brutalement, ce qui produit un son très funk, avec beaucoup d'attaque. J'ai aussi repris une idée de Valentin : pour l'indicatif destiné à Futuradios, il avait improvisé une petite mélodie que l'on peut entendre pendant la partie bed de l'indicatif. Cette idée est très fréquente en radio et permet de casser un peu la monotonie d'une mélodie qui tourne en boucle pendant que les animateurs parlent.

2017-2018

Nouvelle année, nouvel indicatif. Je voulais, pour cette saison-là, quelque chose qui soit toujours dans l'esprit Utopic et qui, en même temps, évoque vraiment Les Chacals. Je voulais aussi quelque chose de toujours joyeux mais un peu moins dynamique que l'année précédente où le rythme était vraiment rapide. Mon brain-storming a été assez simple :

  • Utopic → Bonne humeur → accords majeurs dans la composition
  • Les Chacals → Jungle → Le Roi Lion

Ces deux éléments se retrouvent dans la composition du jingle. Avant de vous le faire écouter, je vous explique rapidement ce qu'est un accord majeur. En solfège, cela revient à jouer 3 notes toujours séparées de la même façon sur le clavier. Par exemple, un accord de Do majeur se joue avec les trois notes Do, Mi et Sol. La présence de ces 3 notes, jouées ensemble procure un sentiment heureux, une sonorité lumineuse, qui évoque un certain dynamisme. Notez qu'il n'est pas nécessaire qu'elles soient interprétées par le même instrument, et elles ne sont pas forcément plaquées pour être jouées pile en même temps. D'autres exemples d'accords majeurs que vous pouvez essayer de jouer si vous avez un piano sous la main : Ré-Fa♯-La, Sol-Si-Ré, etc. Enfin, les accords majeurs s'opposent aux accords mineurs qui ont une sonorité plus mélancolique, plus triste, plus sombre (exemples : La-Do-Mi, Mi-Sol♯-Si, Ré-Fa-La). Pourquoi les accords majeurs sont lumineux et les accords mineurs sont tristes ? Parce que c'est comme ça. C'est culturel. Toute la musique occidentale et contemporaine est basée sur ces éléments de composition donc à force d'entendre ça comme ça, on s'y habitue et on reproduit inlassablement les mêmes schémas musicaux depuis plusieurs siècles.

Maintenant que j'ai bien pu étaler mon savoir musical à nouveau, revenons-en au jingle que je vous propose d'écouter. Cet indicatif allie donc accords majeurs (strictement !) et ambiance "Roi Lion" :

Cette année-là, on a pris les mêmes et on a recommencé, littéralement. Puisque j'ai repris la piste d'enregistrement d'Alex et je l'ai mixée avec la nouvelle composition.

Pour ceux à qui cela aurait échappé, c'est la musique Je voudrais déjà être Roi du Roi Lion, chantée par Simba, qui m'a directement inspiré. C'est pour cela que l'on y retrouve une flûte de pan, beaucoup des percussions et une guitare électrique jouée "proche du manche" et sans saturation (dans l'oreille gauche). Dans Je voudrais déjà être Roi, la guitare et la flûte de pan jouent la même mélodie dans l'introduction de la musique. Il ne me manquait plus que les chœurs africains, mais non seulement je n'en avais pas sous la main, mais en plus, avec une mélodie très pop-dance, ça aurait peut-être fait un peu too much.

2018-2020

Nous voici de retour sur Futuradios. D'années en années, je continue d'apprendre à mixer, j'aiguise mon oreille et j'essaie d'ajouter des choses de plus en plus subtiles dans mes compositions. Et il faut dire que pour l'indicatif des Chacals, je mets beaucoup de cœur à l'ouvrage. Celui de l'année 2018-2019 qui a servi aussi pour la saison 2019-2020 est peut-être le plus complexe d'entre tous, puisqu'il y a carrément un espèce de scénario dans la composition.

  1. On commence avec 3 notes, jouées par une espèce de basse qui est en fait une grosse caisse qui a été échantillonnée et triturée pour qu'elle sonne comme un instrument de musique, à la façon de la Swedish House Mafia, vous pouvez le voir au début du clip. Ces 3 notes sont là pour rappeler nos racines, puisque c'était le logo sonore de JNT qui avait été réutilisé pour Utopic aussi.
  2. Les 3 notes "fondent" pour laisser place à une pèche harmonique. Un genre de note très brutale, aux sonorités orchestrales que l'on peut entendre souvent dans les habillages sonores des journaux télévisés ou radio ou même dans l'habillage sonore du jeu Le Maillon Faible. J'ai mis cette petite pèche harmonique histoire d'attirer l'attention par l'oreille de l'auditeur.
  3. La mélodie commence avec une boucle de guitare et un "Yeah-yeah-ah-ah" subtilement interprété par votre serviteur. C'est le build up.
  4. Viens ensuite le chant très dance, toujours sur la même mélodie, mais dont les paroles ont été pas mal rabotées. « Ils sont là, Les Chacals ». Un chant somptueusement interprété par Emma, ma femme et la voix officielle de nos jingles depuis cette année-là.
  5. Entre les 2 phrases "Ils sont là" et "Les Chacals" (toujours avec el famoso Do-Ré-Ré), un synthé vient jouer quelques notes qui rappellent les indicatifs précédents. Sur ces quelques notes on aurait presque envie de chanter "sur JN' JN' JNT" ou "sur Utopic".
  6. Le build up arrive à son paroxysme, la boîte à rythme s'arrête pour laisser place au logo sonore de Futuradios.
  7. Puis, le bed commence.

Tout y est, la pêche, le dynamisme, le côté dansant. Je crois que c'est une de mes compositions préférées pour Les Chacals.

2020-?

Nous y voilà. La nouvelle saison, dédiée à Twitch, avec un tout nouveau show vidéo. Et pourtant, la mélodie reste la même. Je ne peux pas me détacher de ce Do-Ré-Ré qui nous représente si bien et de ces petites improvisations pendant la partie "bed". Mais vu que la nature de notre show change complètement, c'était l'occasion de tenter de nouvelles choses.

Il n'y a quasiment plus de paroles dans cet indicatif. Juste le "Yeah" et le "Les Chacals" qui proviennent directement de l'enregistrement de 2018. Ici, il s'agissait de faire un générique destiné à une diffusion beaucoup plus visuelle. Les paroles sont donc moins pertinentes dans ce contexte.

Par ailleurs, on sent que je suis revenu dans ma phase "années 80". Mais à ma décharge, je ne suis pas le seul, puisque tout le monde s'y met ! The Weeknd, Dua Lipa, David Guetta… Bref, la synthwave, c'est en vogue, ça revient à la mode, donc au moins mon génrérique ne fera pas tâche.

Logo des Chacals

Dans cet indicatif, on peut y entendre quelques éléments qui caractérisent beaucoup ces années 80 :

  • Beaucoup de synthétiseurs, et notamment une émulation du grandiose Yamaha DX-7
  • Une caisse claire de boîte à rythme noyée dans une grande réverbération, très caractéristique de ces années

Le tout avec une petite touche de modernité quand même histoire de ne pas être complètement hors du temps.

Notez quand même trois autres choses :

  • Le retour des cuivres dans la mélodie, ce qui est un peu cliché pour un générique de show vidéo mais toujours efficace
  • Un faux "public" qui applaudit en rythme pendant le générique
  • Et c'est également la première année qu'aucune guitare n'est présente dans la composition.

Conclusion

L'indicatif, c'est THE truc à ne pas louper dans l'habillage sonore d'une émission. Il faut qu'il corresponde au thème de l'émission, qu'il transpire ses choix artistiques et éditoriaux, qu'il soit efficace, qu'il donne envie d'écouter ou de regarder l'émission, qu'il soit accrocheur et qu'à terme, il ne devienne pas chiant à écouter (alors que ça tourne en boucle !)

Un gros challenge, donc. Je suis incapable de savoir si je l'ai relevé, mais je pense m'en sortir pas trop mal. Au fil des années, j'ai trituré, décortiqué et retourné dans tous les sens notre logo sonore, pour en faire quelque chose de toujours différent, adapté au contexte de l'époque et au média qui nous diffusait. Je ne sais pas combien de version de ce Do-Ré-Ré je pourrai encore faire, mais sa perrénité me prouve que ce choix musical est plutôt efficace et qu'il fait ses preuves ! Notez aussi que ce que vous entendez là, c'est le fruit de nombreuses heures de recherche et de "travail", un bien grand mot quand ça nous amuse de composer des trucs cools. Ce sont aussi les versions officielles, finales, qui ont été utilisées dans nos émissions. Mais à chaque fois, il y a toujours eu quelques versions précédentes où j'ai pu expérimenter des choses et échouer à plusieurs reprises pour finalement revenir aux sources et à une composition qu'à un moment donné, je vais juger efficace et qui va m'inspirer pour la composer tout le reste.

J'aimerais finir sur un petit mot pour toutes ces personnes, ces compositeurs, ces musiciens, dont on connaît rarement le nom mais qui font un travail formidable de composition pour les émissions de télévision, de radio, pour des publicités, des entreprises, etc. Ces producteurs, comme on les appelle, font un vrai travail de dingue (je ne dis pas ça pour me lancer des fleurs, ça n'est pas mon métier !) Ils n'ont pas la notoriété de ceux qui sont sur le devant de la scène mais sont tout aussi créatifs qu'eux, voire plus pour certains ! C'est un travail incroyable, car si un artiste qui se produit sur scène prend son temps pour composer ses plus belles mélodies, un producteur travaille généralement comme quelqu'un qui doit… produire, de façon prolifique, et toujours avoir de l'inspiration pour les différents projets sur lesquels il travaille. Ces producteurs vont même parfois faire appel à de vrais instrumentistes qui vont enregistrer en studio pour que le tout soit mixé par le producteur lui-même ou un ingénieur du son. Ces producteurs se cantonnent rarement à un seul type de prestation. Par exemple, chez Bruno dans la Radio, l'indicatif est composé par Ludovic Bource, qui, au départ, est compositeur de musiques de films et a notamment composé la BO du film The Artist (la classe !) Aussi, la prochaine fois que vous entendrez des jingles, à la télévision, à la radio et même des identités sonores de marques ou d'entreprises (comme la SNCF, par exemple, histoire de prendre un exemple qui parle à tout le monde), dites-vous bien que derrière, il y a eu au moins une personne qui s'est creusé la tête pour trouver une mélodie efficace, qui a passé des heures à composer, à enregistrer, à travailler le son, à recommencer (parce qu'elle-même ou le client n'était pas satisfait) et souvent à produire des versions alternative de sa propre mélodie pour des usages bien précis. Bravo à eux !

Avec votre consentement, nous collectons quelques statistiques de visites sur notre site. En savoir plus